Contexte

La barrière de la langue constitue un véritable problème dans la prise en charge de patients ne maîtrisant pas le français. La communication est fondamentale dans la mise en place d’une relation de confiance et la pose d’un juste diagnostic. Il y a plusieurs années déjà, les HUG ont mis en place un programme d’interprètes qui facilite les échanges lors d’une consultation. Dans un canton déjà cosmopolite, le contexte géopolitique actuel amplifie toutefois les besoins, avec 52% de patients de nationalité étrangère dont près de 14 % ne parlent pas du tout français. En particulier les urgences et la consultation du Programme santé migrants sont plus que jamais confrontées à des patients récemment arrivés, n’ayant pas de langue commune avec les soignants.

Projet

Le projet propose de développer un outil numérique permettant d’assurer une traduction quasi-simultanée entre les soignants et leurs patients et de favoriser ainsi une bonne communication. Fruit d’une étroite collaboration entre la Faculté de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève et le Service de médecine d’urgences ambulatoires des HUG, ce système innovant permet aux patients allophones de se faire comprendre, mais aussi de mieux connaître leur maladie et les traitements qu’ils doivent suivre. Il est adapté également aux patients malentendants.

Chefs de projet

Professeure Pierrette Bouillon, Professeur ordinaire, Département du traitement d'information multilingue, Faculté de traduction et d'interprétation, Université de Genève
Docteur Hervé Spechbach, Médecin adjoint responsable d'unité, Service médical de premier recours, Département de médecine communautaire, premier recours et urgences, Hôpitaux Universitaires de Genève

Galerie Vidéo