Contexte

Ce dernier demi-siècle montre une diminution générale de la fertilité des hommes dans le monde. D'origine environnementale, sociétale, génétique ou métabolique, de nombreux facteurs pourraient expliquer cette baisse. Comment se porte la Suisse? Que peut-on faire pour limiter les risques d’infertilité de la population ?

 

Projet

Le projet propose d’analyser la fertilité masculine suisse sur un plan génétique, microbiologique et protéomique à partir d’échantillons de sperme de la population. S'appuyant sur une biobanque construite depuis plusieurs années grâce à la Fondation Faber et à la généreuse participation de jeunes recrues qui acceptent d'être suivies durant plusieurs années, cette étude prospective permettra de connaître la situation sur la fertilité des hommes en Suisse, et le cas échéant, d'identifier les facteurs influents. Plusieurs équipes spécialisées en épidémiologie, fertilité, métabolisme, génétique toxicologie y sont associées.

 

Chef de projet

Professeur Serge Nef, Professeur associé, Département de médecine génétique et développement, Faculté de médecine, Université de Genève

Galerie Photo

Pour aller plus loin

La chute de la qualité du sperme alarme l'Occident