Contexte

Les pathologies liées à l’athérosclérose sont la première cause de mortalité en Suisse (loin devant les tumeurs): accident vasculaire cérébral, rupture d’anévrisme, infarctus du myocarde, etc. Les vaisseaux sanguins sont rétrécis par des processus inflammatoires ou obstrués par des dépôts, ce qui perturbe la circulation sanguine et porte atteinte aux organes.
Le phénomène est aggravé par différents facteurs : âge, excès de cholestérol, hypertension, diabète, tabac, manque d’exercice physique, etc. Il faut donc considérer l’athérosclérose comme un problème majeur de santé publique.
Or, des recherches de la Faculté de Médecine de l’UNIGE ont permis de mettre en évidence le rôle clé d’une protéine dans le processus de développement de la plaque d’athérome, à l’origine de l'athérosclérose.

 

Projet

Le projet consiste à déterminer s’il est possible de bloquer l’activité de cette protéine et, ce faisant, de stopper le développement de la plaque d’athérome, qui obstrue les artères et entraîne AVC, rupture d’anévrisme et infarctus du myocarde. Grâce à cette étape de recherche, des hypothèses importantes peuvent être validées et un traitement préventif de l’athérosclérose peut être favorisé, en vue d’une baisse significative des AVC, des infarctus du myocarde et des amputations des membres inférieurs.

 

Cheffe de projet

Dre Marie-Luce Bochaton-Piallat, Maître d'enseignement et de recherche/Privat docente, Département de pathologie et immunologie, Faculté de médecine, Université de Genève