Afin d’améliorer l’accueil et d’encourager l’activité sportive et ludique des enfants hospitalisés ou en consultation, l’Hôpital des enfants a inauguré ce jour un nouveau Jardin. Grâce au soutien de la Fondation privée des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), de Cargill SA et d’autres donateurs - sollicités par l’association Au fil de la parole -, il bénéficie d’une aire de jeux inclusive, à destination de tous les jeunes patients et de leur fratrie. Parrain de cœur du Jardin, Eliot Antonietti, joueur professionnel au Genève Servette Hockey Club (GSHC) était présent pour l’occasion. Ce Jardin constitue un espace de détente et de bien-être bienvenu dans un cadre hospitalier parfois angoissant.

Dans le cadre d’un appel à projets de la Fondation privée des HUG, le département de femme-enfant-adolescent a reçu CHF 411'500.- pour la création d’un espace de jeux dans le Jardin de la pédiatrie. Les patients hospitalisés ou en consultation, passant entre quelques heures et plusieurs mois dans l’enceinte de l’Hôpital des enfants, il s’est avéré nécessaire de leur offrir, ainsi qu’à leur entourage, un lieu de détente, ludique et à la portée de tous, quel que soit l’âge ou le handicap. « Les enfants aiment voir la vie à l’extérieur, car c’est rassurant pour eux de voir que les activités normales et plaisantes de la vie continuent malgré la période de chamboulement qu’ils traversent à cause de leur maladie. Ce lien avec l’extérieur peut leur permettre de se projeter et aussi de garder le contact avec leurs frères et sœurs qui, selon les situations, ne peuvent pas toujours rentrer dans leur chambre. Les enfants peuvent se sentir plus motivés à faire une rééducation avec une dimension plus ludique » explique Valérie Bernhard, cheffe de projet.

 

Une aire de jeux inclusive

Un espace de jeux inclusif se veut accessible à chaque enfant, sans distinction, quels que soient le handicap, les capacités et l’âge. Découpée en sept territoires distincts, cette aire de jeux réserve notamment un espace pour les tout petits, une grande structure pour les enfants de deux à dix ans, un coin pour tous mettant à l’épreuve leur équilibre, une zone de balançoires, un toboggan reliant le haut du Jardin au bas et un petit fitness pour les adolescents.

Partout, les installations ont été construites de façon à permettre l’accès aux enfants malvoyants ou en fauteuil roulant, grâce à des structures proches du sol, agrémentées de larges rampes. Le terrain de la zone principale a été fabriqué en sol coulé et est composé d’une épaisse couche de revêtement mou pour garantir la sécurité des enfants. Ayant coûté CHF 100'000.-, il est un jeu en soi de par son marquage sur le thème de la jungle, ses textures, ses formes et ses couleurs.

Conçus de façon à compenser les handicaps moteur, sensoriel, cognitif et social des jeunes patients, les jeux du Jardin stimulent d’une part l’équilibre, la synchronisation des mouvements, le développement de la motricité fine et du tonus et, d’autre part, le contact avec les autres, l’appréhension des dangers, le jeu symbolique et l’apprentissage des points de repère.

Plusieurs espaces sont également investis par les physiothérapeutes pour la rééducation de certains enfants et par le maître de sport de la pédiatrie qui veille à l’entretien musculaire des adolescents de la pédopsychiatrie.

 

L’aménagement paysager

Les 5'000m2 de verdure du Jardin prennent un nouveau visage grâce aux CHF 64'000.- offerts généreusement par Cargill SA et d’autres donateurs (Mairie de Jussy, Irriland SA et Jardin de Cocagne). Sa direction a en effet été touchée par l’initiative d’une mère paysagiste dont l’enfant a été hospitalisé en onco-hématologie pédiatrique.

Vincent Jallier, coordinateur Corporate Social Responsibility de Cargill SA s’en réjouit : « Le projet mené par cette mère au travers de l’association Au fil de la Parole a reçu un écho particulier au sein de nos bureaux de Cargill à Genève. En effet, de nombreux collaborateurs ont vu leurs enfants passer au sein du service pédiatrique des HUG et en gardent un souvenir ému, humain et durable. C’est avec un grand enthousiasme que nos collaborateurs ont sélectionné, soumis à leur hiérarchie pour approbation et soutenu ce projet de rénovation du Jardin de l’Hôpital des enfants. Notre engagement se veut financier mais aussi et surtout humain ». Œuvrant au sein de l’association Au fil de la parole, cette mère a souhaité mettre en place « un jardin vivant qui pourrait couper l’intemporalité du temps vécu à l’hôpital, rythmant le temps qui s’écoule pendant les traitements des enfants et qui, à chaque saison, apporterait couleur, mouvement et vie ».