Contexte

Première maternité de Suisse et centre de référence pour les grossesses à risques, la maternité des HUG accueille toutes les familles de la région concernées par les problèmes de prématurité ou de maladies du nouveau-né.

Plus de 4'000 enfants y naissent chaque année. 15% de ces bébés (environ 500/an) doivent être hospitalisés en néonatologie (département de l’enfant et de l’adolescent) immédiatement après leur naissance, pendant que leur maman reste à la maternité. Certains doivent également rester hospitalisés après le retour de leur mère à domicile. Dans le contexte éprouvant d’une naissance à risques, cette séparation physique, imposée par la structure et les équipements actuels, aggrave le stress des bébés et des parents, complique l’allaitement, prétérite le développement de la relation précoce mère-enfant et entrave la communication avec l’équipe soignante. Plusieurs études médicales ont documenté ces problèmes. En conséquence, de nombreux centre hospitaliers en Europe ont mis en place des solutions permettant un rapprochement mère-enfant dans les premiers jours de la vie.

 

Projet

Le projet a pour but d’éviter la séparation en offrant deux types d’accueil maman/bébé :
1) Création d’une structure d’hospitalisation maternelle de 4 lits, contigüe à la néonatologie, permettant aux mamans en cours de soins post-partum d’être hospitalisées près de leur bébé, voire dans la même chambre, en cas de pathologie légère du nourrisson. 
2) Accueil des mamans en fin de soins postpartum, dont les nouveau-nés doivent rester hospitalisés en raison d’une pathologie grave. Cet accueil se fera par la création de 2 chambres hôtelières sans soins. Au terme du séjour remboursé par les caisses maladie (3 jours en moyenne pour un accouchement), les mamans dont le bébé doit rester hospitalisé pourront y séjourner, restant ainsi proches de leur enfant. Au moment de la sortie du bébé, ces chambres hôtelières pourront également fonctionner comme un « sas» entre l’hôpital et la maison, facilitant ainsi un retour à domicile souvent vécu avec anxiété par les parents. Ceux-ci auront la possibilité de passer une ou deux nuits à l’hôpital avec la présence rassurante du personnel soignant.

 

Chefs de projet

Madame Sandrine Partridge-Oberson, Administratrice, Département de gynécologie et d'obstétrique, Hôpitaux universitaires de Genève

Docteur Ricardo Pfister, Médecin adjoint agrégé responsable d’unité, Service de néonatalogie et soins intensifs pédiatriques, Département de l'enfant et de l'adolescent, Hôpitaux universitaires de Genève