Contexte

Les fractures de fragilité représentent un facteur de risque majeur de mortalité et de perte de qualité de vie chez les personnes d'âge avancé. Bien que la faible densité minérale osseuse soit un facteur important de risque prédictif des fractures à basse énergie, plus de la moitié d'entre elles surviennent chez des patients ne souffrant pas d'ostéoporose. Comment expliquer alors cette prédisposition aux fractures? Quelle en est origine, l'os ou le muscle?

 

Projet

Ce projet de recherche propose d’utiliser les nouvelles technologies de mesure de la densité osseuse microstructurelle dans l’étude d’une cohorte de patients d'âge avancé (GERICO) pour identifier les facteurs de risques prédictifs à des fractures à basse énergie. Il permet de comprendre en parallèle le rôle joué par le muscle squelettique dans cette catégorie de fracture.

 

Où en sommes nous?

Mai 2019: Cette étude incluant 700 patients suisses a rejoint un projet international de près de 7’200 personnes.

 

Chefs de projet

Professeur Serge Ferrari, Médecin chef de service, Service des maladies osseuses, Département de médecine, Hôpitaux Universitaires de Genève

Professeur Didier Hannouche, Médecin chef de service, Service d’orthopédie adulte, Département de chirurgie, Hôpitaux Universitaires de Genève

Galerie Photo