Contexte

Le coronavirus "Severe Acute Respiratory Coronavirus 2" ou SARS-CoV-2, est la nouvelle lignée de coronavirus responsable de la pandémie mondiale déclarée par l'OMS en mars 2020. A Genève, différentes mesures ont été prises depuis mi-mars, dont le semi-confinement des citoyens. Mais certaines personnes sont au front durant la pandémie et donc plus susceptibles d’être exposées : personnel soignant ou qui assure le fonctionnement du système des soins; employés des chaînes de grande distribution alimentaire; personnel chargé du service minimum dans les écoles; employés de banques et de la poste; pharmaciens/ambulanciers-ères/policiers/employés pompes funèbres; indépendants ou personnel de vente dans les services essentiels; etc.

Il s’agit de travailleurs non-confinables. En outre, le maintien à long terme des mesures actuelles comme le semi-confinement et l’arrêt des activités économiques ne sont pas envisageables. Dès lors, le déconfinement doit être planifié et les mesures de protection optimisées. Il devient impératif de connaître la proportion de personnes qui ont été infectées et sont immunisées, ainsi que la distribution démographique et géographique.

 

Projet

Le projet SEROCoV-WORK consiste à tester par prélèvements sanguins la présence d’anticorps IgG anti-SARS-CoV-2 dans la population genevoise, en trois phases.

  1. proposer aux employés de trois cliniques/hôpital partenaires (HUG, La Colline, Les Grangettes, L’Hôpital de la Tour) de se faire tester
  2. tester les travailleurs mobilisés non-confinables de trois entreprises de la place
  3. inciter d’autres entreprises genevoises à participer. Pour chaque entreprise, un centre de prélèvement sera identifié.

At minima, il s’agit de tester 60’000 personnes, soit 12% de la population genevoise dans les trois prochains mois (avril-mai-juin 2020).

Ce plan de santé publique et économique permettra d’optimiser les mesures de protection pour les collaborateurs séronégatifs et de planifier un déconfinement de précision.

Ce projet est mené par les Hôpitaux Universitaires de Genève, en collaboration avec les cliniques privées des Grangettes et de la Colline, l’Hôpital de la Tour,  l’Université de Genève, l’EPFL et la Chambre du commerce, de l'industrie, et des services de Genève.

 Il est réalisé grâce au soutien d'une fondation privée genevoise.

 

Chefs de projet

Professeur Idris Guessous, Médecin-chef de service, Service de médecine de premier recours, Département de médecine de premier recours, Hôpitaux universitaires de Genève & Professeur associé, Département de médecine de premier recours, Faculté de médecine de l’Université de Genève.

Docteure Silvia Stringhini, Epidémiologue responsable Service de médecine de premier recours, Département de médecine de premier recours, Hôpitaux universitaires de Genève & Privat Docente, Département de médecine de premier recours, Faculté de médecine de l’Université de Genève.