Contexte

L’unité de soins intensifs pédiatriques des HUG prend en charge chaque année plus de 500 jeunes patients qui présentent une défaillance d’une fonction vitale ou risquent de développer une complication sévère. Confronté à l’accident, à la maladie ou à l’intervention chirurgicale, le jeune enfant hospitalisé traverse un traumatisme physique se doublant souvent d’un traumatisme psychique. Aussi recherche-t-on des moyens non médicamenteux d’atténuer chez lui, comme chez ses parents, l’agitation, la confusion, la sidération, la perte du sens de la réalité, l’hyper vigilance intellectuelle ou encore l’émoussement des émotions. Parmi ces moyens, la pratique de la musicothérapie peut avoir d’excellents résultats, scientifiquement démontrés, sur l’état psychique de l’enfant.

 

Projet

Ce projet vise à introduire la musicothérapie aux soins intensifs auprès des enfants participant au programme Terre des hommes et des jeunes patients atteints de défaillances chroniques sévères. L’idée est d’engager un musicothérapeute pour soutenir les jeunes enfants dans leur combat. Cet intermédiaire offre une zone transitionnelle entre le patient et les soins/les soignants. Le musicothérapeute travaille avec la matière et les objets sonores, les processus créatifs et l’écoute musicale afin de diminuer les effets du stress, de la douleur et de l’isolement. Il mobilise les capacités créatives du patient, lui redonnant les moyens de « faire » et de reprendre confiance, et l’aide à restaurer la communication. Les interventions de musicothérapie sont hebdomadaires, selon un créneau horaire intégré aux programmes des soins. À l’issue de la première année de financement, un rapport global sera soumis aux instances médico-soignantes du service pour évaluer l’impact du projet sur les patients.

Ce projet est rendu possible grâce au généreux soutien de la Fondation Alta Mane.

 

où en sommes-nous ?

Mars 2022 : Depuis le début du projet c'est 252 jeunes patients qui ont bénéficiés d'un total de 753 séances de musicothérapie. Cela représente plus de 500 heures auprès de patients âgés de 19 jours à 18 ans.
Cette seconde année d’activité a permis au musicothérapeute de s'intégrer largement au sein des HUG, l’objectif premier de cette expérience semble donc avoir été atteint. En unité de soins intensifs comme en médecine générale, la musicothérapie est maintenant bien plus qu’admise, elle est reconnue et requise dans certaines situations cliniques. La grande majorité des patients et leurs proches ont encore montré un vrai engouement pour cette forme d’intervention ludique aux effets rassurants et soutenants. Il n’est pas rare, non plus, que des soignants aient demandé au musicothérapeute une production sonore apaisante et stimulante à leur égard. 

Par ailleurs, le musicothérapeute a identifié que la problématique communicationnelle est un facteur de stress et d’angoisse chez les enfants non francophones du programme Terre des Hommes. Ce constat a motivé l’élaboration d’un glossaire linguistique traduit en 12 langues qui accompagne le musicothérapeute lors de ses séances avec les enfants hospitalisés. Il sert également aux soignants.

 

Chefs de projet

Docteur Angelo Polito, Médecin adjoint, Service de néonatologie et des soins intensifs pédiatriques, Département de la femme, de l'enfant et de l'adolescent, Hôpitaux universitaires de Genève