Une étude menée par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et l’Université de Genève (UNIGE) auprès de 3’121 personnes révèle que, au moment du déclin de la pandémie de Covid-19 entre le 1er juin et le 2 juillet 2021, 67% de la population genevoise a développé des anticorps contre le virus.

Chez la moitié d’entre eux, la présence d’anticorps fait suite à une infection naturelle. Pour l’autre moitié, elle fait suite à la vaccination.

La séroprévalence la plus haute se trouve chez les personnes de 65 ans et plus avec plus de 90% des personnes chez qui des anticorps ont été détectés et la plus basse, chez les moins de 12 ans parmi lesquels seul un enfant sur trois a été en contact avec le virus.

Le financement de cette étude a été assuré par la Fondation privée des HUG, l’Office fédéral de la santé publique, l’Ecole Suisse de Santé publique (programme Corona Immunitas), le Centre des maladies virales émergentes ainsi que le Département de médecine de premier recours de la Faculté de médecine de l’UNIGE et des HUG.

Pour plus d’informations , consultez le communiqué de presse.