CONTEXTE

Sur les 234 millions d'opérations chirurgicales entreprises dans le monde, 3,5% seulement bénéficient aux plus pauvres de la population. Ce chiffre rappelle les disparités énormes dans l'accès aux soins de santé. Dans certains pays, jusqu'à 10% des nourrissons meurent pendant la période néonatale et une part considérable de cette mortalité peut être attribuée aux anomalies congénitales. En termes de chirurgie pédiatrique, les besoins restent encore négligés et souvent, les anomalies congénitales ne sont pas réparées, entraînant des incapacités permanentes ; les enfants meurent ainsi de problèmes chirurgicaux corrigibles.

 

PROJET

Ce projet, Geneva Project in Global Children's Surgery, est adapté aux besoins identifiés localement et destiné à avoir un impact sur le long terme. L’idée est de promouvoir l’accès aux soins chirurgicaux pour chaque enfant, chaque fois qu'il en a besoin, sans causer l'appauvrissement de sa famille. Cela implique d’agir sur la formation des professionnels de la santé, la qualité des infrastructures et le réseau de soutien. Le projet est prévu sur une durée de cinq ans et cible notamment les enfants atteints de malformations anorectales et de la maladie d’Hirschsprung. 

Ce projet est rendu possible grâce aux généreux soutiens des donateurs de la Fondation privée des HUG, de la Fondation André & Cyprien, de la Fondation Dora, de la Fondation Francis & Marie-France Minkoff, du Rotary-Club de Nyon la Côte, de la République et du Canton de Genève et de la Confédération suisse. 

 

Où en sommes-nous ?

Décembre 2021 : À l'issue des 18 premiers mois, les résultats sont fructueux. Pour citer quelques exemples :

  • Un bloc opératoire ainsi qu'une salle de réveil pédiatriques ont été réfectionnés au sein de l'hôpital partenaire de Bobo-Dioulasso et une nouvelle aile d'hospitalisation est en cours de construction. Les équipements médicaux nécessaires ont été acquis et font l'objet d'un système informatisé de gestion géré par l'équipe de maintenance ayant bénéficié de formations spécifiques dans ce domaine. 
  • 6 modules de formations ont été élaborés par les équipes burkinabées pour assurer une meilleure compétence de l’ensemble des professionnels actifs dans le domaine de la pédiatrie chirurgicale et ont déjà bénéficié à près de 200 professionnels. 
  • 5 missions des collaborateurs des HUG ont pu être réalisées pour permettre au CHUSS de renforcer la qualité des soins. 
  • Un projet de recherche a été conçu et développé nommé "Incidence pré-interventionnelle des malformations congénitales structurelles du nouveau-né dans la ville de Bobo Dioulasso, Burkina Faso". Ce projet est mené en collaboration avec l'institut de recherche en sciences de la santé de Ouagadougou. 
  • S'agissant du volet communautaire, deux activités ont été mises en oeuvre : tout d'abord, une formation a été créée sur les factures chez l'enfant à destination des tradipraticiens. Elle a été testée auprès d'un panel de tradipraticiens avant l'administration officielle de la première session au profit de 50 bénéficiaires. Un cahier de poche a été créé pour l'occasion. En second lieu, une boîte à images portant sur les accidents domestiques chez les enfants a été créée et est utilisée lors de sessions et causeries avec la population. Un plus large projet pilote est en cours de conception pour la région des Cascades. 

Prochainement, des missions en stratégie avancée auront lieu en milieu régional. 

 

CHEFFEs DE PROJET

Professeure Barbara Wildhaber, Médecin cheffe de service, Service de chirurgie de l'enfant et de l'adolescent, Département de la femme, de l’enfant et de l’adolescent, Hôpitaux universitaires de Genève & Professeure ordinaire, Faculté de médecine, Département de pédiatrie, gynécologie et obstétrique, Faculté de médecine, Université de Genève

Sophie Inglin, Gestionnaire indépendante de projet en santé internationale

Galerie Photo