Contexte

Dans un contexte de population vieillissante, bien souvent, la planification des soins n’est pas discutée suffisamment à l’avance entre les patients, leurs proches et les soignants. Le respect des choix de traitements et de l’autonomie du patient se trouve alors bousculé, ce qui pose des questions sur le plan éthique. Alors que le concept d’Advance Care Planning, ou Projet de Soins Anticipés, est encouragé mais non encore véritablement pratiqué en Suisse, des outils favorisant une planification éthique et bien réfléchie seraient souhaitables.

 

Projet

Le projet propose de développer une App mobile appelée ACCORDs, favorisant les échanges et instaurant ainsi un dialogue de qualité entre les patients, leurs proches et les équipes médico-soignantes. Conviviale et informative, elle aide les patients à s’engager dans un processus de réflexion et de planification des soins, en augmentant la qualité du temps de discussion qui leur est consacré. Utilisée au sein d’institutions médicales (Hôpitaux, EMS, etc.), elle permet, dans le respect de la personne, de diminuer le nombre de situations qualifiées d’acharnement thérapeutique.

Ce projet est catalysé par le Centre de l'innovation des Hôpitaux universitaires de Genève.

 

Où en sommes-nous ?

Décembre 2021 : A la fois disponible sur le web et au sein de application Concerto, l’outil aborde l’anticipation des soins sous tous ses angles : médical, éthique, juridique, culturel et pratique.
Il comporte trois sections. « Je m’informe » répond aux questions générales. « J’en parle » fournit conseils et astuces pour dialoguer avec son entourage et réfléchir à ses priorités de vie. Enfin la section « J’écris » guide la rédaction des directives anticipées à l’aide d’un questionnaire spécialement conçu pour le grand public, dans un vocabulaire accessible. Il suffit ensuite de les imprimer, les signer et les joindre à son dossier médical.
L’outil fournit aussi des conseils utiles pour identifier une personne clé dans son entourage, qui pourrait, au besoin, devenir le/la représentant-e thérapeutique. Et bien sûr le formulaire permet d’exprimer des choix sur des interventions médicales que l’on voudrait ou non, ou sur l’accompagnement souhaité en fin de vie.

 

Chefs de projet

Madame Christine Clavien, Institut éthique histoire humanités, Faculté de médecine, Université de Genève

Docteur Thomas Fassier, Médecin adjoint, Service de médecine interne de l'âgé, Département de réadaption et gériatrie, Hôpitaux universitaires de Genève