De nouvelles pistes thérapeutiques contre la malaria

Comprendre les mécanismes de pénétration des parasites dans les cellules en exploitant la voie moléculaire du calcium
Catégorie
Recherche
Statut
En cours

contexte

Toutes les 2 minutes, un enfant meurt du paludisme. Et chaque année, plus de 200 millions de nouveaux cas de cette maladie sont notifiés par l’OMS. Le paludisme est causé par des parasites du genre Plasmodium, transmis aux humains par les piqûres de moustiques infectés. Depuis des années, les travaux internationalement reconnus de la Professeure Dominique Soldati-Favre portent sur la biologie de ces parasites afin de lutter contre la malaria et la toxoplasmose en mettant au point des traitements efficaces.

 

projet

Ce projet, une collaboration entre la professeure Soldati-Favre et le Dr Mathieu Brochet, consiste à étudier les sources et les mécanismes de mobilisation et de régulation du calcium lors de l’invasion des parasites dans la cellule. 

 

OÙ EN SOMMES-NOUS ?

Juillet 2021: L'équipe de recherche a  montré chez les parasites "Plasmodium falciparum" et "Plasmodium berghei" que la protéine ICM1 qui interagit avec PKG est essentielle à différentes étapes du développement du parasite, de par son rôle dans la mobilisation calcique. Chez le parasite Toxoplasma gondii, une autre protéine qui interagit avec PKG est essentielle au développement du parasite. 
L'équipe de recherche a désormais bien caractérisé les fonctions cellulaires de CaC1 chez Plasmodium et de CaS chez Toxoplasma gondi et s’attèle à mieux comprendre le rôle de la phosphorylation de ces protéines dans la régulation de leur fonction. Les chercheurs arrivent également à exprimer ces protéines dans des cellules humaines pour pouvoir étudier leur fonction moléculaire ou leur structure.

 

chefs de projet

Professeure Dominique Soldati-Favre, Professeure ordinaire, Département de microbiologie et médecine moléculaire, Faculté de médecine, Université de Genève

Professeur Mathieu Brochet, Professeur associé, Département de microbiologie et médecine moléculaire, Faculté de médecine, Université de Genève