Contexte

Ces dernières années, l’Europe accueille un grand nombre de personnes fuyant la guerre ou la famine dans leurs pays. Parmi les réfugiés accueillis à Genève en 2016 et 2017, Congolais, Afghans, Erythréens ou Syriens, se trouvent des médecins et des soignants, diplômés des universités de leur pays d’origine. Malgré leurs expériences de plusieurs années, ces personnes ne peuvent pas retrouver un travail en Suisse, leur diplôme dans le domaine de la santé n’étant pas reconnu. 

 

Projet

Ce projet propose d’offrir à ces personnes un accès à une formation complémentaire et des stages afin d’obtenir le diplôme suisse d’équivalence, voire le droit de pratique en Suisse. 

 

Où en sommes-nous ?

Juin 2022 : Les guerres en Irak et en Ukraine ont forcé un plus grand nombre de réfugiés en Suisse. Les équipes de médecine de premier recours identifient les potentiels soignants pouvant bénéficier de ce programme de soutien.

Janvier 2020 : Depuis son démarrage au printemps 2017, deux personnes ont pu suivre le programme adéquat ; une femme diplômée en Santé publique et sciences de la santé de l’Université d’Asmara en Erythrée et un médecin syrien. Tous deux poursuivent leurs formations.

 

Témoignage

"En fait, avoir cette opportunité de travail / stage dans les HUG m'a donné une nouvelle vie."

 

Chefs de projet

Professeure Anne-Françoise Allaz, Professeure honoraire de l'Université de Genève, mandante de la Fondation privée des HUG

Monsieur Pierre Bordier, Administrateur, Département de la Femme, de l'Enfant et de l'Adolescent, Hôpitaux universitaires de Genève