Contexte

Dans cette période Covid-19, on en aurait presque oublié la grippe "saisonnière" et ses 250’000 à 500’000 décès chaque année.
Les personnes les plus touchées sont les personnes fragiles. Le phénomène dit de surinfection bactérienne serait responsable de ces décès : en présence du virus de la grippe, certaines bactéries qui logent naturellement dans nos voies aériennes supérieures et qui jouent habituellement un rôle protecteur, deviennent pathogènes et nocives, créant une surinfection dans les poumons. Celle-ci peut dégénérer en septicémie et causer le décès du patient.

 

Projet 

Ce projet cherche à comprendre les mécanismes de surinfection bactérienne suite à une contamination aiguë par un virus. Il est porté par deux experts en microbiologie de la surinfection, en bactériologie, génétique et immunologie, ayant l’ambition de proposer une solution pour enrayer le processus de surinfection.

 

Chefs de projet 

Professeur Simone Becattini, Professeure assistante, Département de Pathologie et d'Immunologie (PATIM), Faculté de Médecine de l’Université de Genève

Professeur Mirco Schmolke, Professeur associé, Département de Microbiologie et Médecine Moléculaire (MIMOL), Faculté de Médecine de l’Université de Genève