Accident cardiovasculaire : redonner le goût de l'effort

Favoriser la réhabilitation par l’exercice physique des patients atteints de troubles cardiovasculaires
Catégorie
Bien-être des patients et de leurs proches
Qualité des soins
Statut
En cours

contexte

Première cause de mortalité en Europe et en Suisse, troisième cause d’hospitalisation, les maladies cardiovasculaires nous concernent tous. Malgré les progrès réalisés en termes de connaissances physiopathologiques, de méthodes diagnostiques toujours plus performantes et de traitements plus efficaces, ces maladies sont lourdes de conséquences directes et indirectes, notamment sur le plan socio-économique. 

Il est aujourd’hui connu que les patients ayant fait un infarctus diminuent les risques de récidive s’ils continuent à faire de l'exercice physique et à intégrer le sport dans leur mode de vie. Un accident coronarien ou même une intervention à cœur ouvert n’empêchent en rien de pratiquer une activité physique, même intense, si elle est l’aboutissement d’un entraînement régulier. On peut aider les patients victimes d’un événement cardiaque à diminuer les risques de récidive et faciliter leur réhabilitation en les incitant à maintenir une activité physique sur le long terme. Encadrés dans une vie plus sportive et plus saine, les personnes atteintes de troubles cardiovasculaires vont mieux !

Pourtant, en Suisse, seulement 50% des patients bénéficient d’un programme de réadaptation cardio-vasculaire après un infarctus du myocarde. Alors que l’exercice physique aide non seulement à diminuer les risques de récidive mais aussi à faciliter la réhabilitation. Cette réadaptation est particulièrement importante pour permettre une transition efficace des soins entre un séjour hospitalier, qui tend à se raccourcir, et le suivi ambulatoire.

 

projets

Sensible à cette problématique, une équipe des HUG, menée par M. Philippe Sigaud, infirmier au service de cardiologie, a organisé plusieurs challenges sportifs remarquables ces dernières années afin de favoriser la réadaptation cardiovasculaire, mais surtout pour montrer que les victimes d’un événement cardiaque peuvent continuer à rêver et relever des défis.

Encadrés et soutenus par leurs soignants et médecins avec un objectif sur plusieurs mois, les patients peuvent explorer et franchir leurs propres limites, dans un cadre sécurisé. Ces défis encouragent les patients à pratiquer une activité sportive régulière et ce, de manière ludique et aux côtés d'autres personnes qui traversent les mêmes épreuves. En intégrant ces changements dans leurs habitudes de vie, ils prennent conscience qu'ils sont capables de prouesses physiques.

Aussi bien, le pronostic à long terme que leur qualité de vie s’en trouvent améliorés.

 

L'équipe de rééducation cardiovasculaire des HUG a déjà proposé sept éditions à ses patients.

  • "Coup de cœur autour du lac" (2015) : Il avait impliqué 20 patients des HUG, qui s’étaient entraînés pendant cinq mois. Le défi des patients était de réaliser le tour du lac Léman en vélo à assistance électrique en 3 jours, parcourant ainsi une distance de 200 km
  • "Atteindre des sommets" (2016) : Après ce premier succès, un nouveau défi : gravir 3’000 mètres sur 3 jours en faisant l’ascension de La Quille du Diable, altitude 2'908 mètres, et du Dôme Hike, altitude 3'016 m. Ce challenge a mobilisé à nouveau toute l’équipe et réuni 20 patients des HUG, du CHUV et de l’Hôpital neuchâtelois. Les entraînements se sont déroulés au Salève ainsi qu’au Creux du Van à Neuchâtel.
  • "Sierre-Zinal" (2017) : Cette nouvelle édition consiste à effectuer à pied les 31 km et les 2’200 m de montée du tracé de la mythique course Sierre-Zinal. Cette grande marche au cœur du Valais s’est déroulée à la fin de l’été sur trois jours. Plus de trente patients venant des HUG, de Sion et de Neuchâtel ainsi que 15 accompagnants ont participé à cette réussite. Pour en savoir plus retrouvez l'article dédié dans le Magazine Pulsations.
  • "Par monts et par Vaud" (2018) : Un quatrième évènement a été organisé par la même équipe pour motiver des patients et montrer qu'ils peuvent continuer à rêver et relever des défis. Cette fois le challenge consistait à parcourir une marche de 100 kilomètres sur les crêtes du Jura pendant 3 jours. Une quarantaine de patients ayant été victimes d’un infarctus du myocarde dans les mois précédents y ont pris part. Ils ont suivi des entraînements tous les 15 jours entre le mois d’avril et la fin août 2018 sous la forme de sorties, réalisées la plupart du temps au Salève. Le dénivelé moyen des sorties était d’environ 700m pour une durée d’environ 4 heures.
  • "Triathlon RPM autour du Léman" (2019) : Ce nouveau défi s'inscrit dans la continuité des précédents. Ramer, pédaler, marcher (RPM) sont les trois activités pour lesquelles les patients se sont entraînés cette fois-ci. Pour cette édition l’idée est d’impliquer dans ce triathlon tous les patients ayant participé aux quatre événements antérieurs, soit plus de 100 personnes pour lesquelles l’exercice fait partie d’une nouvelle qualité de vie. 
  • "L'épreuve des Forts" (2020) : Cette fois, l'équipe a voulu donner aux patients l'occasion de franchir leurs limites par un nouveau challenge : le Tour du Canton de Genève en VTT ! Cela leur a été proposé dans l’année suivant leur hospitalisation. Après un entraînement de plusieurs mois, dont une période d’adaptation à la pratique du VTT électrique sur différents types de terrain, 34 participants ont attaqué ce fameux parcours : à VTT électrique entre Hermance et Versoix par les petits chemins, puis à pédalo entre Versoix et Hermance : accompagnés de leur proches et de collaborateurs des HUG, ils ont parcouru 123 km à vélo avec plus de 1100 m de dénivelé positif avant de faire 6 km à la nage ou en pédalo... qui dit mieux ? Trois jours d’épreuve et de dépassement de soi, à préparer ensemble, avec un encadrement médical et un mental au top !
  • "LG trail" (2021) : Le challenge proposé aux patients était de réaliser le parcours de la LG Trail, une course de trail running de Lausanne à Genève passant les crêtes du Jura (plus de 110 km et 3600m de dénivelé positif). Il s’adressait aux patients ayant présenté un infarctus du myocarde, une chirurgie coronarienne ou valvulaire ainsi que des patients transplantés cardiaques, accompagnés, s’ils le souhaitaient, d’un proche. Une équipe pluridisciplinaire de collaborateurs, issus de différents services, encadrait le groupe d'une trentaine de participants. Quatre journées intenses, trois étapes pour la nuit, 6 mois d’entraînement… Le plaisir est ici à la hauteur de l’accomplissement pour cette nouvelle aventure humaine hors du commun. 

Ces projets, tous couronnés de succès, ont beaucoup fait parler d’eux, aussi bien sur le plan des prouesses physiques réalisées par les participants que sur l’ambiance excellente qui règne dans ces groupes.

 

témoignage

"Dans la vie, parfois, il y a des moments où on pense que tout est fini, mais en fait ces moments nous disent qu'il faut recommencer.

Une crise cardiaque est quelque chose qui nous affaiblit beaucoup.  Une crise cardiaque suivie d'une opération cardiaque invasive et lourde est quelque chose qui nous affaiblit encore plus.  Compter sur des professionnels pleinement et fortement préparés pour nous aider à récupérer et à pouvoir continuer par nos propres moyens, en reprenant confiance en nous, n'a pas de prix.

Je serai éternellement reconnaissante aux médecins qui m'ont sauvé la vie et à tous les professionnels de la santé impliqués qui travaillent dans cet hôpital hors du commun, et en font un lieu d'accueil pour leurs patients à un moment de notre vie où tout semble avoir pris fin.  Mais ils nous font sentir, avec leur professionnalisme et leur dévouement, que nous sommes encore capables de tenir, nous donnant le sentiment qu'ici nous avons une seconde famille.  A vous tous, merci beaucoup, je vous dois mon éternelle gratitude.  Un grand merci à cet hôpital qui a éveillé en moi un fort sentiment d'appartenance et de joie à chaque fois que j'y entre.

J'ai pensé qu'en survivant à cet événement traumatisant à l'âge de soixante-six ans, le plus que je pouvais espérer était d'essayer de vivre avec mes nouvelles fragilités physiques, psychologiques et émotionnelles. Mais une chance de vie encore meilleure, plus productive et prometteuse m'a été apportée par Eureca (Ensemble Unis pour une Réadaptation Cardiaque), une pratique d'exercices cardio et de renforcement musculaire offerte à l'intérieur de l'hôpital de Beau-Séjour avec des anges appelés physiothérapeutes. Avec Eureca j'ai non seulement retrouvé peu à peu ma force physique, mais toute la force nécessaire pour me ressentir et rêver.

Et c'est en rêvant de me sentir comme une personne normale, capable de faire beaucoup de choses dans la vie, malgré mes soixante-six ans qu'une autre chance s'est présentée au sein de ce merveilleux HUG. Philippe Sigaud qui m'a proposé de participer au challenge sportif  « Salève de Long en Large » destiné à des personnes comme moi ayant réalisées un programme de réadaptation cardiaque de plusieurs semaines. Ce défi consistait à passer trois jours en randonnée à traverser le massif du Salève, en parcourant 70km et 3000m de dénivelé positif aller-retour, incluant des exercices de renforcement musculaire.  Moi, j'avais peur!

Tous les soins que j'ai reçus aux HUG m'ont donné l'espoir d'essayer.  L'espoir a vaincu la peur.  Et j'ai terminé la troisième journée en arrivant au pied du Salève, indemne, fatiguée mais heureuse. J'ai été renouvelée, parce que je ne rêvais pas seulement, mais que je relevais le défi de me dépasser aux côtés d'autres compagnons qui, réunis dans un environnement exceptionnel de camaraderie, de sympathie et de diversité culturelle, ont pu échanger des expériences enrichissantes couronnées par l'efficacité, la patience et la générosité de toute l'équipe de professionnels.

Rien de tout cela ne serait possible si j'étais seule. Personne ne peut le faire seul.  Mais il y avait du monde, des professionnels compétents et dévoués.  Certains que nous ne voyons même pas, que nous ne connaissons pas, mais qui sont là, quelque part nous donnant ce dont nous avons besoin non seulement pour rêver, mais pour relever nos propres défis.  Ils sont là, nous faisant découvrir, même à soixante-six ans, que l'être humain est né pour vivre.  Et vivre mieux et plus longtemps.

A tous ma profonde admiration, et à mes compagnons de randonnées mon affection.

R. (patiente du service de cardiologie des HUG)

 

CHEF DE PROJET

Monsieur Philippe Sigaud, Infirmier chargé de projets, Service de cardiologie, Département des spécialités de médecine, Hôpitaux universitaires de Genève